Bibliographie et notes

Deux principes : exhaustivité et exactitude.

La bibliographie est placée à la fin du manuscrit.

Consignes générales

  • Les noms propres d’œuvres littéraires (romans, pièces de théâtre, poèmes, essais, etc.) ou artistiques (peintures, sculptures, compositions musicales, etc.), de journaux ou de revues cités dans un ouvrage reproduisent la dénomination choisie par l’auteur ou le fondateur. On composera ces noms en italique (dans un texte en romain et vice versa).
  • Chaque titre en français recevra une capitale initiale, c’est-à-dire uniquement à son premier mot. Tous les autres mots, à moins que ce ne soient des mots qui prennent obligatoirement la majuscule, resteront en minuscule. Pour les titres en anglais, cependant, la règle des majuscules qui prévaut dans cette langue sera respectée.
  • Séparez tous les éléments d’une référence par la virgule. Contrairement à certains usages, nous n’utilisons ni le point ni les parenthèses dans la bibliographie.
  • N’utilisez pas le double « p » (pp. 34-48) pour indiquer un ensemble de pages. Un seul « p » suffit en toute occasion (p. 35, p. 35-38, etc.).
  • Ne pas mettre les patronymes en capitales..
  • Pour un ouvrage, s’il s’agit d’une nouvelle édition, indiquer la date de la première édition entre crochets droits après la date de l’édition utilisée. Par exemple : 1992 [1848].
  • Pour un ouvrage ou un article de langue étrangère, inscrivez les dates en français (janvier 2006 et non January 2006)

Normalisez la bibliographie en tenant compte des exemples suivants :

Un livre à un auteur :

Andersen, Marguerite, Parallèles, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2004.

Un livre à deux ou trois auteurs :

Lorenzi, Jean-Hervé, Olivier Pastré et Joëlle Toledano, La crise du XXe siècle, Paris, Economica, 1980.

Un livre à plus de trois auteurs :

Weitzmann, Kurt, et al., The Icon, New York, Knopf, 1982 [éd. italienne, 1981].

Un organisme comme auteur :

Centre de recherche de littérature canadienne-française de l’Université d’Ottawa, Le roman canadien-français : évolution, témoignages, bibliographie, Montréal et Paris, Fides, 1971 [1964].

Un organisme public comme auteur :

Canada, Commission royale sur l’union économique et les perspectives de développement du Canada (Commission Macdonald), Rapport, Ottawa, Ministère des Approvisionnements et Services, 1985, 3 volumes.

Un livre sans nom d’auteur :

Outstanding Women of Prince Edward Island, Charlottetown, Zanta Club of Charlottetown, 1981.

Ouvrage dirigé :

Gaudreau, Guy (dir.), Le Théâtre du Nouvel-Ontario. 20 ans, Sudbury, Édition TNO, 1991.

Traduction :

Trofimenkoff, Susan Mann, Visions nationales : une histoire du Québec, trad. de l’anglais par Claire et Maurice Pergnier, Montréal, Trécarré, 1986  [éd. anglaise., 1983].

Un ouvrage publié dans une collection :

Gaudreau, Guy (dir.), Le drapeau franco-ontarien, Sudbury, Éditions Prise de parole, coll. «Agora», 2005.

Ouvrage avec préface, introduction ou avant-propos :

Lamontagne, Maurice, Business Cycles in Canada: The Postwar Experience and Policy Directions, préf. de Walter Gordon, Toronto, James Lorimer / Canadian Institute for Economic Policy, 1984.

Un chapitre dans un ouvrage collectif :

Burns, Cory A., «Le rapport entre Jay et son père dans Le Chien de Jean Marc Dalpé: Une dynamique dans l’impasse», dans Stéphanie Nutting et François Paré (dir.), Jean Marc Dalpé. Ouvrier d’un dire, Sudbury, Prise de parole, 2007, p. 141-158.

Mémoire et thèse :

Bouchard, Daniel, «La société historique du Nouvel-Ontario de 1942 à 1957», mémoire de spécialisation, Sudbury, Université Laurentienne, 1991.

Articles de périodique :

Furet, François, « En marge des annales: histoire et sciences sociales », Le Débat, no 17, 1981, p. 112-126.

Dechêne, Louise, «La croissance de Montréal au XVIIIe siècle», Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 27, no 2, septembre 1973, p. 163-179.

Gervais, Émile, «Un père défend ses enfants», Relations, vol. 1, no 11, novembre 1941, p. 288-291.

Article de  journal :

Baillargeon, Normand, «Patrice Desbiens. La tendresse comme seule adresse: le poète franco-ontarien a surmonté la misère de l’instabilité identitaire», Le Devoir, 11 mai 1998, p. B1.

Article d’encyclopédie ou de dictionnaire :

Joubert, Louis, « Épizooties », Encyclopædia universalis, Paris, Encyclopædia Universalis, 1984, corpus 7, p. 68-70.

Article dans un ouvrage collectif :

Gérin-Lajoie, Diane et Normand Labrie, «Les résultats aux tests de lecture et d’écriture en 1993-1994 : une interprétation sociolinguistique», dans Normand Labrie et Gilles Forlot (dir.), L’enjeu de la langue en Ontario français, Sudbury, Éditions Prise de parole, p. 79-109.

Référence à un site Internet

Société canadienne du cancer, Statistiques sur le cancer du sein, 2005, http://www.cancer.ca, site consulté le 2 février 2005.

N.B. : N’utiliser la préposition « dans » (et non « in ») que dans le cas d’un article faisant partie d’un ouvrage collectif; ne jamais l’utiliser lorsqu’il s’agit d’articles de journaux, de périodiques ou d’encyclopédies, le titre de l’article étant alors séparé du titre de l’ouvrage par une virgule. Voir les exemples ci-haut.

Un disque :

Ravel, Maurice, Daphnis et Chloé : ballet en un acte, fragments symphoniques, 2e série, Boston Symphony Orchestra, New England Conservatory Chorus, Claudio Abbado, chef d’orchestre, Deutsche Grammophon, 2530 038, 1970, 33 1/3 t. p.m., stéréo.

Un film :

Lamothe, Arthur, De Montréal à Manicouagan, film cinématographique, Office national du film, S.I., s.n., 1963, 1 bobine, 27 min., son, n. et b., film 16 mm.

Film conservé sur vidéocassette :

Arcand, Denys, Le déclin de l’empire américain, enregistrement vidéo, Corporation image, M et M et l’Office national du film, Montréal, ONF, 1986, 1 cassette, 102 min., son, couleur, VHS.

Émission de télévision :

La semaine verte, 14 novembre 1976, enregistrement vidéo, Radio-Canada, 1976, 1 cassette, 30 min., son, n. et b., vidéo ¾ po.

Une pièce d’archives :

Archives publiques du Canada, Fonds Williams Lyon Mackenzie King, MG 26 J1, vol. 20, p. 18601-18603, W.L.M. King à Sydney Fisher, 15 août 1913.

Une pièce d’archives sonore :

Archives publiques du Canada, Archives nationales du film, de la télévision et de l’enregistrement sonore, Fonds Peter Strusberg, no d’entrée 72-51, no 130, interview de Howard Green par Peter Stursberg, 26 octobre 1971, 3 min.

Photographie tirée d’un fonds public :

Campement indien et canots, lac Mistassini (Québec), 1884, photo de A.P. Low, négatif sur plaque de verre : 16, 7 x 21,7 cm, Archives publiques du Canada, Collection nationale de photographies, Fonds de la commission géologique du Canada, no d’entrée 1970-88, série B, article no 795, PA-50820.

Les notes

  • Dans la version du texte que vous remettrez à l’éditeur, vous placez les notes en bas de page.
  • Les notes sont numérotées de façon continue à l’intérieur d’un même chapitre ou d’un même article.
  • L’appel de note précède toujours le signe de ponctuation et le guillemet dans une citation placée dans le texte, et précède le signe de ponctuation dans une citation en retrait.

Exemple : «Les pommes sont vertes1.» Les pommes «sont vertes1». Ou encore Les pommes sont vertes1.

Exception : les mots comprenant un point abréviatif.

Exemple :  Les pommes sont vertes, jaunes, rouges, etc.8

À la première occurrence d’une référence dans un chapitre, on la met au long, en indiquant tous les éléments que l’on a relevés dans la bibliographie. Le prénom – toujours au long – de l’auteur précède alors le nom.

Exemple : Marguerite Andersen, Parallèles, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2004.

Quand des citations qui se suivent sont tirées d’un même ouvrage, on adopte la nomenclature Ibid., en italique pour la deuxième occurrence et les suivantes.

Exemple : Marguerite Andersen, Parallèles, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2004.

Ibid., p. 151.

Quand le même ouvrage est cité à plusieurs reprises, mais que les citations ne sont pas à la suite les unes des autres, on procède comme suit pour la deuxième occurrence et les suivantes : prénom et nom de l’auteur, op. cit. en italiques, page(s).

Exemple : Marguerite Andersen, Parallèles, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2004.

La semaine verte, 14 novembre 1976, enregistrement vidéo, Radio-Canada, 1976, 1 cassette, 30 min., son, n. et b., vidéo ¾ po.

Marguerite Andersen, op. cit., p. 74.

Quand deux ouvrages d’un même auteur sont cités à plusieurs reprises dans le même article, mais que les citations ne sont pas à la suite les unes des autres, on procède comme suit pour la deuxième occurrence et les suivantes : prénom et nom de l’auteur, titre (au long s’il est court, en abrégé s’il est plus long) de l’ouvrage cité, op. cit. en italiques, page(s).

Exemple : Marguerite Andersen, Parallèles, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2004.

Marguerite Andersen, Bleu sur blanc, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2000.

Marguerite Andersen, Parallèles, op. cit., p. 74.

Marguerite Andersen, Bleu., op. cit., p. 29.

Une référence à un site Internet en note infrapaginale se fait comme ainsi :
Société canadienne du cancer, Statistiques sur le cancer du sein, 2005, http://www.cancer.ca, site consulté le 2 février 2005.

Sources :

Éditions du GREF, groupe de recherches en études francophones, Collège universitaire Glendon, décembre 1992 ;

Létourneau, Jocelyn, Le coffre à outil du chercheur débutant. Guide d’initiation au travail intellectuel, Don Mills (On), Oxford University Press, 1989.

Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1990, p. 168-171.

Protocole de rédaction, revue Francophonies d’Amérique.

Protocole de rédaction, revue Voix et images.

Ramat, Aurel, Le Ramat de la typographie, Montréal, Aurel Ramat, éditeur, 2003.